Courrier d’une lectrice

Une mère de famille nous écrit à propos de l’article ACTU Témoignage : puiser à la source :

« J’ai beaucoup apprécié le témoignage de l’institutrice de maternelle et je désirai vous partager une réflexion et vous poser deux questions car nous faisons en famille une lecture suivie de l’évangile lors de la prière du soir. Pour la rendre plus vivante, les deux aînés , 10 et 13 ans, lisent les paroles de Jésus et les différents personnages.

  • L’évangile de Saint Marc n’est-il pas préférable (plus court) ?
  • Que proposez-vous pour l’adapter au temps liturgique et ainsi se calquer sur la prière proposée par l’Église ? »

Voici notre réponse :

Merci Madame de nous partager votre témoignage.

Effectivement, commencer par l’évangile de Saint Marc est judicieux car c’est le plus facile à comprendre, il est très concret.

Il est important de lire lentement, de manière posée, afin que chacun prenne conscience que Dieu s’adresse à nous et que Sa Parole est efficace et nous transforme. Les commentaires ne sont pas nécessaires (sauf pour expliquer les mots difficiles). En effet, la Parole de Dieu agit de jour comme de nuit, dans les cœurs éveillés et attentifs ou non (comme le Maître de maison qui visite les vierges sages comme les vierges folles).

Au sujet du lien avec le temps liturgique :  ne pas hésiter à interrompre cette lecture pour la remplacer par l’évangile du dimanche lors de la prière du samedi soir et, pendant le carême, par l’évangile du jour qui permet de s’acheminer progressivement avec le Christ vers sa Passion et sa Résurrection et ainsi découvrir les sentiments qui animent son Cœur. Les évangiles de l’octave de Pâques et de la Pentecôte (forme extraordinaire de la liturgie) peuvent être lus de la même manière.

Il y a effectivement une grâce propre transmise par l’Église qui nous permet de nous unir aux sentiments du Christ lorsque nous suivons le temps liturgique.